Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 14:15

Une étude menée dans 12 pays a mesuré le gain en espérance de vie des populations, si les valeurs préconisées par l'OMS étaient respectées...

L'espérance de vie dans les grandes villes européennes pourrait augmenter jusqu'à 22 mois pour les personnes âgées de 30 ans et plus si la valeur guide préconisée par l'OMS pour les particules fines de l'atmosphère était respectée, montrent les résultats du projet Aphekom publiés mercredi 2 mars.

Le dépassement du seuil de 10 microgrammes par mètre-cube fixé par l'Organisation mondiale de la santé pour le niveau moyen annuel de particules fines (diamètre inférieur à 2,5 micromètres) se traduit ainsi par 19.000 morts par an, selon ces travaux menés dans 25 grandes villes européennes totalisant 39 millions d'habitants.
pollution_grenoble1.jpg
D'un point de vue économique, le respect de la valeur guide OMS se traduirait par un bénéfice d'environ 31,5 milliards d'euros par an (diminution des dépenses de santé, de l'absentéisme...).

Bucarest, dont le niveau moyen annuel de particules fines atteint 38 microgrammes par mètre-cube, aurait le gain le plus important d'espérance de vie (22 mois). Stockholm est la seule ville sous le seuil OMS (9,4 microgrammes/m3).

Les particules fines sont favorisées notamment par les émissions des véhicules diesel et du chauffage. Elles pénètrent profondément le système respiratoire.

Le projet Aphekom sur les effets sanitaires et économiques de la pollution atmosphérique a été mené de juillet 2008 à mars 2011 dans 12 pays européens, par plus de 60 scientifiques. Il a été co-financé par le programme européen d'action communautaire dans le domaine de la santé publique et des organismes nationaux, et coordonné par l'Institut de veille sanitaire (InVS)."

 

Pour plus de renseignements sur la qualité de l'air à Grenoble et dans les grandes villes en rhône-alpes, le site atmo-rhonealpes.

 

Pour aller plus loin :

http://www.invs.sante.fr/prog_ europeens/aphekom.htm

Crédit photo : http://laloupiotedubio.wordpress.com/2011/02/17/les-alertes-de-pollution-a-grenoble-augmentent

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 23:23

La fin d'année correspond souvent à la période des bilans.

Quoi de mieux que de faire son propre bilan carbone ?

Les experts précisent qu'une société soutenable peut émettre environ trois milliards de tonnes de carbone par an, pour limiter l'impact de l'activité humaine sur le changement climatique. En prenant l'hypothèse de 9 milliards d'individus sur terre en 2050 et un partage équitable, cela représente 333 kg de Carbone par personne ou alors 1,http://cartoons.courrierinternational.com/files/imagecache/dessin_a_la_une/illustrations/dessin/2009/12/1204Falco.jpg2 t de CO2 par personne et par an. En dehors de ces "quotas", l'humanité risque de se retrouver confrontée à des écosystèmes bien moins cléments que ceux connus à ce jour.

 

Chacun peut faire le point avec son bilan carbone. Il existe par exemple deux outils sur internet :

- le "coachCarbone" mis en ligne par l'ADEME et la fondation Nicolas Hulot (http://www.coachcarbone.org)

- le "bilan carbone personnel" mis en ligne par Avenir Climatique et l'ADEME (http://www.calculateurcarbone.org).

Ces deux outils nécessitent de répondre à quelques questions à l'issue desquelles vous obtiendrez votre bilan : transport, habitat, alimentation, loisirs&équipements électroménagers. Le coachCarbone propose même quelques pistes d'amélioration possible avec les économies estimées sur votre prochain bilan 2011.

 

A noter qu'avec un changement d'alimentation, en passant par "de la viande à tous les repas", à "de la viande 2 à 4 fois par semaine", le bilan carbone chute de 500 kg de carbone sur l'année par personne (selon le coachCarbone). Une alimentation moins carnée, respectant l'hygiène alimentaire, est ainsi positive pour le bilan climatique.

Les transports occupent également une place importante, proportionnellement aux kilomètres effectués. Un vol Paris-Bangkok par exemple (12 heures environ ou 9445 km) représente par personne 570 kg de Carbone (selon le coachCarbone).

 

Le bilan carbone ne s'applique pas seulement aux individus et à leurs foyers, il peut également être mis en place dans les entreprises, sur les campus universitaires et à l'échelle d'un territoire (commune, communauté de communes ...).

La mise en place d'un bilan carbone à l'échelle d'un territoire permet d'identifier les secteurs les plus émetteurs et permet aux politiques d'envisager des plans d'actions.

Il faut savoir que le "rapport Stern" (publié en 2006), prévoit que le cout de l'action pour limiter nos émissions de gaz à effets de serre représente 1 % du PIB par an, alors que l'inaction représente 5 à 20 % du PIB par an.

Les politiques devraient toujours associer le bilan carbone dans leurs outils pour analyser l'attractivité de leurs territoires et décliner leurs stratégies.

L'analyse économique à court terme a montré ses limites, des hypothèses de croissance continue sont physiquement impossibles, il est encore temps de faire les bons choix pour rendre les territoires d'aujourd'hui viable demain sans compromettre les générations futures avec un fardeau qu'elles ne pourront pas assumer.

(Crédit photo : http://cartoons.courrierinternational.com/dessin/2009/12/04/ca-me-laisse-de-glace)

Repost 0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 19:17

Le1er février 2007, dans toute la France : 

Participez à la plus grande mobilisation

des citoyens contre le Changement Climatique !

 
 
 

L’Alliance pour la Planète (groupement national d’associations et d'organisations préoccupées par la protection de l'environnement) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00. Il ne s’agit pas d’économiser 5 minutes d’électricité uniquement ce jour-là, mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur l’urgence de la situation et sur l’urgence de passer à l’action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte pas cher (au contraire !), et ça prouvera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.

 

Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le rapport du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC). Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.

 
Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l’élection présidentielle!
Repost 0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 18:57
Un dossier en ligne sur la pollution à Grenoble sur le site de l'Express
Repost 0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 18:40
Les clubs Sciences et Citoyens du CNRS en partenariat avec la Bibliothèque Arlequin et le Patio
vous invitent à un café-débat

*mardi 5 décembre à 18 h 30*

Au Patio de la Villeneuve de Grenoble (entrée libre)

tram A: Arlequin - 04 76 22 92 10
http://www-evasion.imag.fr/cafesSC/ (guidage)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Que vais-je mettre dans mon moteur ?
------------------------------------------------------------------------------------------------

Notre facture à la sortie de la pompe à essence ne cesse d’augmenter, et cela ne va pas s’arranger : le pétrole, exploité massivement jusqu’à maintenant, devient de plus en plus rare et cher. De plus, sa combustion dans nos moteurs produit des gaz à effet de serre, dont on sait maintenant que les conséquences sont dramatiques pour la planète.

Ces deux problèmes vont nous obliger, demain, à utiliser d’autres carburants que notre bonne vieille essence dérivée du pétrole. Or, nous allons certainement avoir du mal à modifier rapidement nos modes de déplacement : l’idéal serait de trouver des carburants alternatifs, sans changer notre bon vieux moteur à explosion !

Alors quelles peuvent être ces alternatives ? La solution électrique progresse, mais suppose de changer les voitures, l'industrie et la distribution... ce qui n'est pas pour demain. Des alternatives comme l’usage des bio-carburants ou l’huile végétale pourraient être envisagées. Certains
pays comme le Brésil ont déjà opté pour l’éthanol produit à partir de canne à sucre. Des particuliers ont même tenté l'huile de friture.

Où en est-t-on dans ces expériences ? Quelles réponses envisager avec le minimum de changements dans notre mode de vie ?

Venez discuter de ces sujets et poser toutes vos questions à nos spécialistes, mardi 5 décembre !


Pot d'accueil a 18h15

Intervenants :
Leila Azeddine, citoyenne brésilienne
Gérard Claudet, spécialiste des carburants de seconde génération
x, spécialiste des transports alternatifs

Modérateur: Antoine Bouthors
Repost 0