Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 23:54
L'écho de la Terre

>> Contactez-nous pour recevoir la newsletter des Amis de la Terre Isère : atisere@gmail.com

La COP21 vue par Henry TIDY

Il y a quelques milliers d'années, probablement dans la région d'Iraq, des peuples nomades ont commencé à cultiver la terre et à construire des villes. Nous parlons des premières civilisations. Pendant des siècles les Romains ont coupé les forêts de l'Europe et du Bassin Méditerrané pour dégager de la terre agricole, ainsi permettant une augmentation de l'espérance de vie et de la population dans leur Empire. Autour du 1750, des ingénieurs Britanniques ont commencé à exploiter l'énorme puissance énergétique contenue dans du charbon pour faire tourner des machines à vapeur, donnant naissance à la révolution industrielle - désormais la force disponible n'était plus limitée à celle des être humaines et des animaux domestiques - grâce aux charbon et acier les chemins de fer et les navires naissent. En 1888 Benz mit au point une véhicule à quatre roues propulsée par un moteur à combustion - aujourd'hui il existe un milliard de ces machines sur la terre. En 1908 Fritz Haber créa un processus pour produire de l'azote à partir du gaz - de loin la découverte la plus importante depuis le feu - avec ce processus la production des engrais et des explosives deviennent possible. Des guerres à une échelle sans précédente auront lieu par la suite. Une révolution agricole également, la population mondiale passe de 2 milliards à 7 milliards en un siècle. Globalement, les conditions de vie de l'humanité ont atteint un niveau sans précédent. Le progrès technique semble porter ses fruits...

Par contre, aujourd'hui, nous nous retrouvons dans une situation paradoxale. Notre qualité de vie se repose actuellement sur l'exploitation massive des nombreuses 'ressources' :

1° des énergies fossiles qui sont surtout essentielles pour doper notre production agricole. Dans des nombreuses régions du monde, les terres sont quasiment 'stériles' - sans un apport d'engrais, leurs capacités productives chuteraient;

2° les grands espaces naturels comme les océans, et même l'atmosphère, absorbent notre pollution. Mais cette pollution est en train de rendre également ces espaces stériles ou de changer leur fonctionne - notamment au niveau de l'atmosphère qui, avec plus de gaz à effet de serre, retient plus de chaleur;

3° les ressources naturelles comme le bois, les poissons, et même les ressources minérales, que nous prélevons à une vitesse sans précédente, endommagent ainsi les écosystèmes qui règlent les systèmes planétaires et qui nous fournissent en eau potable etc.

4° et les êtres humains! Une grande partie de notre bien-être dans les pays aisés (et pour les populations aisées dans les pays pauvres) se reposent sur l'exploitation des autres - des enfants qui travaillent dans des mines ou dans les usines à bas coût ou les petits paysans qui sont désormais obligés d'être 'compétitifs' dans un marché agricole mondialisé etc.

Aujourd'hui nous avons un dilemme : allons-nous changer tout un système de production et de consommation, pourtant qui fonctionnent plutôt bien? Surtout il fonctionne bien pour ceux qui ont la chance d'être en haut de la pyramide mondiale, notamment dans les pays dites 'développés' ou pour ceux qui s'en sortent le mieux dans les pays en voie de développement. En plus nous sommes face à une menace sans précédente. Nous n'avons jamais vécu un dérèglement climatique ou l'effondrement des écosystèmes - il nous semble très difficile de réagir pour anticiper des scénarios hypothétiques, même si ils sont fortement probables.

A la fin de cette année, la vingt-et-unième conférence mondiale sur le changement climatique aura lieu à Paris - la COP21. L'évidence scientifique est sans appel : la Terre réchauffe rapidement, le taux d'extinction des espèces est sans précédent - le risque est même un effondrement de notre espèce, d'une descente vers un chaos planétaire. Malgré la prise de conscience et les prises de paroles, un changement fondamental de notre façon de faire est loin d'être acquis.

Pour nous, des amis de la Terre et de l'humanité, notre rôle dans ce moment charnière est primordial. Même si notre association reste marginale, nous avons la capacité de ramener le débat à l'essentiel : comment réconcilier les être humaines avec leur environnement, comment faire en sort que les êtres humaines puissent vivre correctement sans que leur poids soit insupportable pour l'ensemble des espèces sur la planète? Il existe des solutions, proposées par les Amis de la Terre entre autres - trouver des idées et des solutions n'est pas le problème. Le problème, ou plutôt le défi, est de mettre en route ces solutions, avec des changements fondamentaux dans nos activités et de nos mentalités, pour prévenir et pour éviter une catastrophe pour l'humanité.

Partager cet article

Repost 0
Publié par ATIsère - dans Actualités
commenter cet article

commentaires